Spektakl teatralny «Petit Pierre»

Plakat Petit Pierre

Deux artisans farfelus évoquent la vie de Pierre Avezard, dit Petit Pierre. Farceur, bricoleur et sensible, cet homme crée à partir de rien une œuvre digne du Facteur Cheval : une mécanique complexe, image de son cœur et de la vie qui l'entoure.

04/03/2015 - From 12:00 to 14:00

Miejsce:

Teatr Lutnia
ul. Piotrkowska 243
spektakl w jęz. francuskim z tłumaczeniem

Bilety: 25zł
Rezerwacja biletów: info.drameducation@gmail.com

 

 

L’histoire de Pierre Avezard

Deux artisans farfelus évoquent la vie de Pierre Avezard, dit Petit Pierre. Farceur, bricoleur et sensible, cet homme crée à partir de rien une œuvre digne du Facteur Cheval : une mécanique complexe, image de son cœur et de la vie qui l'entoure.

Une pièce de Suzanne Lebeau

Auteure québécoise, Suzanne Lebeau est aujourd’hui une dramaturge « jeune public » majeure. Ses pièces sont jouées dans le monde entier.
En  racontant  la  vie  de  Pierre  Avezard, elle  a  créé  une  pièce  qui  revisite l’histoire mouvementée du XXème  siècle, ouvre une fenêtre sur l’Art Brut et constitue un hymne magnifique et sensible à la différence.

Notre rencontre avec « Petit Pierre »

En 2010, Aurore Chaffin, qui était alors directrice du Théâtre de La Poulie puis de l’Esperluette nous parle de cette pièce. Elle connait notre travail puisqu’elle nous accueillait en résidence depuis 2007 pour toutes nos dernières créations. Elle nous glisse à l’oreille que « Petit Pierre » irait bien avec notre univers artistique. Cette pièce nous a immédiatement séduits et émus. Au-delà  de  son  écriture,  son  sujet  même  ainsi  que  sa  forme  entrent effectivement en résonnance avec bien des axes de notre travail. Notre  compagnie  aime  à  aborder  par  la  poésie  les  sujets  graves:  ici  la différence traitée avec grâce, légèreté et profondeur ; le handicap vecteur de railleries et d’exclusions mais qui est ici transcendé et devient, de ce fait, porteur d’espoir, annonciateur d’un avenir où la reconnaissance sociale et la vie,  tout  simplement,  deviennent  possible  au-delà  et  au  travers  de  cette différence.
Notre compagnie donne aussi une large place à la poésie des mots et des objets : ici la pièce offre un terrain merveilleux où les objets et les mots parlent et se répondent. Au  fur  et  à  mesure  des  relectures,  nos  impressions  se  sont  affirmées, confirmées. Nous sommes allés voir le vrai manège de Petit Pierre, moment de grande émotion là encore.
Nous prenons alors la décision de monter cette pièce.

Partis-pris artistiques

Le respect du texte et de l’esprit de la pièce
Le texte est conservé dans son intégralité ainsi que l’esprit de la pièce.
Nous nous sommes attachés notamment à conserver la dichotomie et la complémentarité entre les deux narrateurs : l’un étant le porte-parole de Petit Pierre et l’autre le témoin de la grande histoire.
Nous avons tenu également à  ne dévoiler que progressivement, au fur et à mesure des
séquences, le personnage de Petit Pierre ainsi que les objets qui évoquent à la fois sa vie et son œuvre.
Enfin, nous avons souhaité que la pièce se termine sur la même impression, la même sensation que nous avons ressentie en regardant Le Manège de Petit Pierre se mettre en marche tout autour de nous : force et fragilité, simplicité et perfection, magie, beauté et indicible émotion.

Une transposition masculine
Les conteuses deviennent conteurs, un binôme de personnages masculins, artisans improbables dans un atelier de fortune. Tantôt narrateurs, tantôt constructeurs, tantôt bruiteurs…
On ne sait pas bien ce qu’ils construisent mais ils trient, ils martèlent, ils découpent, ils assemblent. Ils arrêtent de temps à
autre leur curieux bricolage pour raconter l’histoire, celle de Petit Pierre ou celle du monde. La parole passe de l’un à l’autre naïvement, naturellement. Ils se parlent, ils parlent au public, s’interrogent, se rappellent, réfléchissent, moments suspendus…..
Entre chaque séquence le travail reprend, le son, l’image, la
lumière prennent alors toute leur place pour laisser le temps aux mots de se poser ou de s’envoler.

Du trio au duo
Le personnage de Petit Pierre n’est pas interprété par un troisième comédien. Les artisans-conteurs, tantôt l’un, tantôt l’autre, quittent leur récit et leur personnage pour s’identifier, se muer, l’espace d’un instant, en Petit Pierre.
Concentrés sur leur travail, rêvent-il d’être Petit Pierre ?
Emportés par l’histoire, s’amusent-ils à être Petit Pierre ?
Le public ne fait qu’apercevoir Petit Pierre, un personnage invisible, un peu fantôme ; un personnage qui se dessine par touches successives au gré de ses apparitions éphémères ; un personnage qui ne se présente jamais au grand jour.
Chacun le devine, l’imagine.

L’équipe de création
Mise en scène et conseil artistique : Anne Rousseau et Ivan Ferré
Interprètes : Pierre Azaïs et Ivan Ferré
Décors : Pierre Azaïs
Création lumière : Anne Rousseau et Pierre Azaïs

Ivan Ferré
Après s’être formé au travail du clown avec la compagnie Balthazar en 1994 et 1995, il travaille en duo (Alquepart et Doucette) en 1995 et 1996, puis en solo, associant clown et manipulation d’objets. Il a participé à différents spectacles collectifs associant les arts du cirque, la musique et les marionnettes. Il joue également du tuba dont les notes s’envolent avec «Les bontuillos», fanfare festive du Vaucluse. Il approfondit sa formation à l’école internationale de théâtre LASSAAD, à Bruxelles. Il travaille en partenariat avec la compagnie  Sirènes,  de  Seine-Saint-Denis  comme  comédien  et  musicien,  avec  la compagnie Durama, de Montpellier, comme comédien et metteur en scène et participe aux projets actuels de la Compagnie La Sauce aux Clowns dont notamment quatre spectacles: « La petite dame », « L’odyssée du Scarabée », « Cabaret d’papier » et, bien sûr, « Petit Pierre ».

Anne Rousseau
Intéressée par différents arts, elle se forme en théâtre, marionnettes, théâtre d’objets et
ombres, cinéma d’animation et arts plastiques ; ce qui l’entraîne naturellement à la mise en scène et à la scénographie. En 1992, elle fonde la compagnie Sirènes (Seine-Saint-Denis) et  élabore  des  spectacles  pour  adultes  et  jeune  public.  Depuis  1999,  elle  crée «Pérégrinations» – promenades spectacles en relation avec le paysage et le  patrimoine. Dès  l’année  2003, elle  développe  un travail autour de la bande dessinée et du burlesque musical avec Ivan Ferré et Pierre Azaïs (Compagnie La Sauce aux Clowns/Avignon).
Depuis 2004, elle dirige la résidence de la compagnie Sirènes à Bobigny.
En août 2007, elle rejoint l’équipe du Théâtre du Lin (Amiens), dirigé par Frédéric Tellier, pour la mise en scène de « En attendant le petit poucet » de Philippe Dorin.

Pierre Azaïs
Depuis ses débuts d’accompagnateur de chansons, il travaille à des expériences de cabaret liant la chanson à d’autres formes d’expression telles que la danse, le cirque ou les marionnettes.
Créateur d’ambiances musicales pour spectacles de rue ou spectacles visuels (Compagnie « La boite à malice, Paris), il participe à un duo mime et piano (Théâtre Zo Montpellier), à l’accompagnement d’un cabaret poétique (Trans Europe Théâtre) et d’un tour de chant réaliste avec Aïni Iften en Avignon. Il intervient régulièrement depuis 2003 dans les projets artistiques de la compagnie Sirènes en Région parisienne et dans toute la France.
Actuellement, il joue dans « La petite dame », « Concert minuscule » et « Petit Pierre » pour La Sauce aux Clowns.

Ochrona prywatności